Bonjour à tous, j’espère que vous allez tous bien et que cette petite histoire va vous donner le sourire.

 Une petite anecdote sympa que je raconte parfois sur le bateau à mes chers pêcheurs, c’est l’histoire de ce brochet qui avait des barbillons… 

Situons nous. La veille, une tempête sur le lac vidant nos batteries de moteur électrique, nous avait obligé en fin de journée, à nous refugier avec mes deux pêcheurs dans une baie pour accoster le bateau en sécurité et pêcher à pied la bordure fracassée par le vent et les vagues

Un instant de pêche incroyable ou une chasse s’est levée devant nous pendant plus d’une heure. Brochets, Black bass et Barbeaux s’engouffraient dans la baie pour se gaver sur des boules d’ablettes regroupées et tenaillées. Une guerre dans l’eau se déroulait devant nous avec de lourds combats : plus de 15 casses sur barbeaux et une dizaine de coupes de leurres. Je n’en finissais pas de refaire les montages. Des touches et des rush à chaque lancé, c’était la guerre ! 

Improbable et incroyable, le vent diminua, les chasses également, avant de laisser un grand calme et tout s’arrêta. Au résultat plus un montage, quelques gros brochets et black bass sortis tout de même, mais pas un barbeau. Il faut dire qu’en les regardant sortir de l’eau sur les casses, le plus petit faisait 10kg et nous pêchions des têtes de roches dans 5 mètres d’eau…

Le lendemain donc, armés et décidés, nous voici à la première heure sur le spot. Le vent étant tombé, nous sommes donc sur le bateau prêts à extraire ces gros poissons des roches. 

 

Briefing à bord,  « attention les gars », « concentration les premiers lancers seront décisifs » …  

Et ça ne loupa pas, le premier shad rentre dans l’eau entre deux rochers sur la pointe et au premier tour de moulinet c’est la touche, ou plutôt la cartouche. C’est lourd : le ferrage pourtant puissant n’a pas fait bouger le poisson. Les premiers coups de tête amples et larges annoncent un gros brochet. Il est lourd et sonde progressivement en bas de la pointe et prend le fond et le large. C’est toujours aussi lourd : « il sonde » annonce Patrice, « le brochet de ta vie mon ami », Mickael est fou, « on tient un géant !!! »

« Tiens la canne tiens la canne, je prends le relais pour sentir le poisson », et dans un ruch interminable vidant à 70% la bobine du moulinet, le moteur électrique sur 10, on tente de rattraper le poisson. Ca y est, il est sous le bateau, monte et redescend à tour de rôle sur le fond,  « il est énorme, il est énorme », répète Patrice…   

Le poisson commence à fatiguer et se laisse doucement remonter finalement, quand sous le bateau un reflet ocre jaunissant apparait … : « il a des barbillons ton brochet l’ami ! » 

C’est bien une magnifique carpe commune d’Estrémadure qui vient de nous faire la misère et le combat de sa vie, une magnifique commune qui avait avalé le shad, incroyable ! 

Une belle histoire, ma foi, que mes deux pêcheurs n’oublieront pas de sitôt, je pense, et moi non plus pour le coup ! 

Un beau coup de ligne qui a su régaler pêcheur et équipage avec un pliage de carbone dans les règles ! 

 

Gardez la Pêche ! 

Cédrick Plasseau