8 heures du matin, le rendez vous est pris avec mes stagiaires du jour; deux amis souhaitant découvrir la pêche et passer un bon moment ensemble étant éloignés géographiquement le reste de l’année.
Je leur explique que les daurades sont entrées en reproduction, et que les gros mâles, qui protègent les nids, sont très agressifs en ce moment. Nous voilà donc partis à la recherche de zones de graviers, car ces poissons y trouveront l’endroit parfait pour « creuser » leur nid allant parfois jusqu’à 1.20 mètres de diamètre pour 30 centimètres de profondeur !
La marée est parfaite, le vent bien orienté. A peine arrivés sur le poste de pêche, nous enregistrons déjà les premières touches. Effectivement, l’analyse faite en début de pêche se confirme, les gros mâles s’attaquent violement à nos appâts laissant place de temps en temps à une femelle bien ventrue que nous remettons à l’eau aussitôt pour assurer sa reproduction.
Mes stagiaires totalisent une vingtaine de poissons entre 30 et 40 cm au bout de 2h30 de pêche, mais voilà, le courant de marée descendante commence à s’accélérer et les deux amis ont de plus en plus de mal à maintenir leur montage au fond. Je décide donc de prendre une canne pour leur faire voir la manière de procéder. La dérive est aux alentours de 1.8 nœuds quand nous passons sur un tombant très abrupt. Au moment ou je leur explique qu’ils peuvent l’anticiper grâce à une observation régulière du sondeur, je prends une touche monstrueuse qui fait travailler d’entrée de jeu  la réserve de puissance de ma Fun Lure 10/30g. Je pense aussitôt à un pagre car nous commençons à en voir de plus en plus dans la Baie de Saint Malo mais je trouve le combat tout de même différent malgré les démarrages à répétition tout au long de la remontée du poisson. Au moment ou je commence à apercevoir mon nœud FG , un gros éclat brillant apparaît sous la surface, en même temps que le sourire sur mon visage, car je sais que je tiens très certainement mon record de daurade grise…
Un coup d’épuisette et ça y est ! La voilà ! 56 cm de pure beauté que j’estime à un bon 2.5 kilos !

Un poisson magnifique qui me laissera un super souvenir, et une partie de pêche que mes deux stagiaires ne sont pas prêt d’oublier !