La pêche sportive du thon rouge est en pleine essor depuis quelques années en France, on peut même parler de fièvre depuis deux ans. Les restrictions draconiennes imposées par les gouvernements pour sauver l’espèce ont porté leurs fruits et les stocks se sont rapidement reconstitués. On le pêche dorénavant en Méditerranée, sur toute la façade atlantique et sa présence se généralise à la manche ouest. Comme beaucoup de pêcheurs,  je m’intéresse de plus en plus à la pêche de ce poisson mythique et mon attention se focalise maintenant sur sa traque aux leurres sur chasse. Je trouve ça génial de pouvoir ressentir les émotions les plus fortes de la pêche exotique à seulement quelques heures de voiture de chez moi.

 

Etant totalement ignorant en la matière, j’ai profité d’un weekend pro staff Hearty Rise pour questionner Didier Courtois sur cette pêche si particulière. Il y a tellement de choses à dire, nos discussions ont été nourries et je ne sais pas trop par où commencer.

J’ai décidé de partager avec vous le premier paragraphe sur lequel nous avons échangé : le matériel.

Quelle canne ? Avec quel moulinet ? Quelle tresse ? Pour quelle utilisation ? Pour quelle taille de poissons ? …

Je m’étais posé déjà pas mal de questions à ce sujet et j’avoue en avoir perdu mon latin au milieu de toutes les références qui existent. Certains ensembles utilisés par des copains pour pêcher aux leurres me semblaient surdimensionnés ou au contraire trop légers pour contrer ce redoutable combattant qu’est le thon rouge. Didier possède une solide expérience sur la pêche de ce poisson avec plusieurs saisons de pêche derrière lui. Il a le recul qui lui a permis de corriger les erreurs qu’on peut faire dans les premiers temps et ses résultats sur l’eau parlent d’eux même.

Voici un extrait de notre conversation :

Moi : Didier, peux tu me donner les qualités que tu attends d’une canne pour pêcher le thon aux leurres ?

Didier Courtois : Une bonne canne à thon doit être solide, elle doit être capable de lancer des leurres légers à grande distance tout en étant suffisamment courte pour brider rapidement les poissons et écourter au maximum les combats. Les cannes Hearty Rise de la gamme monster game remplissent parfaitement mon cahier des charges. Je ne les ai jamais prises en défaut. Elles sont montées à la main avec les meilleurs matériaux du marché. Les fameux carbones Vnet développés par Mitsubishi Chemical  sont associés à des équipements Fuji. Le top.

Carbone SNVC  V NET 2 très haut module, porte moulinet Fuji DPS 22

Anneaux Fuji série K montés à la main avec une double ligature.

Moi : Quels sont les ensembles que tu utilises ?

Didier Courtois :

 En début de saison (mi juillet-mi août) les poissons sont  plus petits, j’utilise donc des cannes moins puissantes que le reste de l’année.

Mon premier ensemble est constitué d’une Tuna light associée à un moulinet daiwa de taille 4000 (Saltiga, salist ou BG) garni de tresse Evo tournament PE3 terminé par un shock leader de 80/100. Avec cet équipement je vais pouvoir lancer facilement et à bonne distance des petits leurres de 5 à 12 cm (leurres de surface, sticks, casting jigs et flappers)

Ma seconde canne sera une Tuna 1 , le moulinet passe en taille 4500, tresse de PE4 et shock leader de 90/100. Je l’utilise si je tombe sur des chasses avec des poissons qui me semblent plus gros.

La jonction shock leader / leurre se fait avec un ensemble anneau brisé - anneau soudé. Petite confidence en passant, j’ai profité du début de saison cette année pour tester les nouveaux poppers HR en bois. L’essai a été plus que concluant et ces magnifiques petits leurres m’ont permis d’amener quelques jolis poissons au bateau.

Popper Monster Game Tuna 1

En milieu de saison , j’adapte mon matériel aux poissons qui deviennent plus gros . Mon choix se porte alors sur deux ensembles.

La Tuna 1  (équipée de la même façon que précédemment) et la Tuna 2.

Sur la Tuna 2, je monte un moulinet de taille 5000, une tresse en PE 4 ou PE 5 et un shock leader de 100/100.

A cette saison, j’utilise principalement des leurres de 130 – 140 mm.

Pour la fin de saison ce sera la Tuna 2 et la Monster Game MG05. Cette dernière est montée avec un moulinet de taille 6500 garni de tresse PE5-PE6 et un shock leader en 140/100.

Les leurres seront encore un petit peu plus gros 130 mm-140 mm pour se rapprocher au mieux du poisson fourrage recherché par les prédateurs.

Moi : Pour terminer Didier, pourrais-tu me donner quelques conseils pour pratiquer une pêche la plus respectueuse possible de ce magnifique poisson ?

Didier Courtois : Le thon rouge est un poisson fragile qui nécessite le plus grand soin pour maximiser ses chances de survie lors de sa remise à l’eau. Premièrement, il faut un matériel en adéquation avec la taille des poissons pour écourter au maximum les combats. Il faut trouver le bon compromis entre plaisir du pêcheur et rapidité de la prise. Pour éviter les blessures des poissons mais aussi du pêcheur, j’ai remplacé tous les triples de mes leurres par un unique hameçon simple ventral. J’adjoins des masselottes à l’arrière pour retrouver un équilibre parfait et ainsi conserver une nage optimale.

Les poissons ne sont jamais montés à bord. S’ils font moins de 20 kg, je les glisse dans une épuisette, au-delà ils sont saisis avec une pince pratiko et décrochés dans l’eau moteur allumé afin de continuer à les oxygéner. Une rapide photo souvenir et le poisson est rendu à l’océan dans les délais les plus brefs.

Moi : Merci Didier pour tous ces conseils, il ne me reste plus qu’à m’équiper et  attendre que les poissons continuent leur migration vers le nord pour atteindre les côtes Normandes !  Mon petit doigt me dit que ça ne devrait pas prendre beaucoup de temps…