Voici que le moment tant attendu est arrivé, la levée partielle du confinement après bien des galères et de la patience pour savoir si notre plage est déconfinée, si le préfet lève les arrêtés et si les municipalités vont accepter les mises à l'eau depuis la plage. C'est enfin bon, on peut aller pêcher. Ayant vendu mon bateau juste avant le confinement, je suis désormais comme un marin débarqué sans bateau, heureusement, j'ai des amis sur qui je peux compter.

 

David et Julien sont prêts à la mise à l'eau, les  cannes sont prêtes, les leurres sont dans la boîte rangés et collés (étonnant pour ceux qui me connaissent, mais le confinement a eu raison de moi maintenant, je suis prêt.) Les coefficients sont assez faibles, mais on a de la chance ils sont en progression. J'embarque ma Sealite élite 5-21 en 1.96 m, une sealite élite 10-30gr 2.21 m ainsi qu'une Tuna light 20-80 pour aller chercher les lieux sur les épaves profondes de la manche.

 

 

La saison du bar sur Boulogne sur mer est rythmée par la floraison d'un phytoplancton marin qui crée une écume (mousse) à la surface de l'eau et qui teinte également les eaux durant le mois de mai. Pour avoir une eau claire il faut être patient, soit en attendant les gros coefficients ou le mauvais temps qui permet de brasser cette eau ou au contraire une météo clémente qui permet de faire redescendre ces taches et de dissiper cette écume. Pour nous, la météo est clémente, depuis 3 à 4 jours les eaux sont belles avec tout de même quelques tâches de mousses ici et là mais qui ne devraient pas nous gêner pour notre partie de pêche.

 

Après 20 minutes de navigation nous sommes enfin sur le spot, les sourires sur les visages en disent long, ça fait tellement de bien de retourner en mer.

 

Les poissons ne se font pas attendre et Julien ouvre le bal ave un premier poisson de 45, suivi par David et moi-même avec 2 poissons d'environ 50 cm.

Nos partenaires de jeu sont là fidèles à eux même sur ce magnifique spot.

Nous enchaînons les poissons au slug car ils ne veulent rien d'autres que ca. Je ne m'arrêterai jamais de le dire les cannes Hearty Rise sont des lanceuses hors pair. On enchaîne les dérives et prenons une trentaine de bars, avec une moyenne de 50, mais avec quelques poissons qui sortent du lot dont un de plus de 60 cm pour julien et un d'environ 70 cm pour moi. Voici pour cette première partie de pêche au bar.

Nous allons maintenant, en limite du rail montant dans 52 m d'eau sur une épave de bateau coulé pendant la guerre. Les lieus sont assez souvent sur ce spot. J'attrape ma 20-80 et je lui monte une tête plombée de 100gr avec un petit shad orange et un octopus en Teaser. Je prends une première fois contact avec le fond et commence les animations dites de l'ascenseur qui consistent à prendre contact avec le fond et ensuite à remonter lentement d'une dizaine de tours de manivelle. Si rien ne se passe, ouvrez de nouveau le pick-up pour reprendre contact avec le fond et répétez l'opération jusqu'à quitter l'épave. Julien vient tout juste d'installer un Hélix 8 sur l'avant de son bateau afin de toujours avoir un œil sur le fond. Notre dérive est assez rapide avec plus de 3 nœuds  malgré les petits coefficients. Nous enregistrons quelques touches mais les leurres passent trop vite au dessus de l'épave et nous perdons quelques leurres en crochant dedans. Nous décidons de stopper notre pêche et  d'attendre que le courant baisse un peu nous sommes à 90 minutes de l'étale de basse mer. Nous reprendrons notre pêche dans 45min car ça ne sert à rien de rester à casser du leurre juste pour dire de tremper du fil. 45min après le courant a déjà bien baissé, on est passé de plus de 3 nœuds à 1,8 / 2,2 nœuds, c'est le courant idéal pour pêcher efficacement sur épave dans cette profondeur. La pêche est différente et les poissons ne se font pas prier, ils réagissent bien à nos animations. Malheureusement, ils ne font pas la taille espérée.

Nous prendrons une dizaine de poissons dont 4 poissons d'environ 55 cm. Le problème de cette pêche dans plus de 50m de fond c'est que les poissons ne décompressent pas et la vessie natatoire gonfle trop vite en remontant ce qui entraîne la mort du poisson arrivé au bateau. Comme la taille des poissons ne nous convient pas nous décidons de rentrer à la mise à l'eau. Cette sortie fut tout de même excellente et nous sommes heureux d'avoir partagé tout ça ensemble : des bars, des lieus, une mer d'huile, que demander de mieux pour une reprise.

 

Cependant la pandémie n'est pas terminée alors protégez vous et prenez soin de vous.