Souvenir estival, acte 1

Au plus froid de l'hiver, il est souvent nécessaire pour le moral de se remémorer les bons moments de pêche de l'été. Voici le souvenir d'une partie de pêche du mois de juin dernier, bien au chaud, sous un soleil admirable et bien loin de la grisaille glaciale qui entoure l'Alsace en ce moment.

Après un bon mois et demi de guidages intensifs sur le Rhin, je trouve enfin un créneau pour accompagner mon père lors d'une partie de pêche en bateau à Plobsheim, sur le fameux plan d'eau.

Ce mois de juin était compliqué niveau pêche car la météo était très chaude et calme, sans vent et avec une eau extrêmement claire. En plus de ça, nous avons connu une reproduction de poissons blancs assez impressionnante cette année et le lac regorge de nourriture pour les brochets... Résultat, ils sont bien calmes et il faut batailler pour sortir quelques beaux poissons.

Cette journée n'avait pas trop mal commencé car nous avions déjà touché quelques petits brochets au tout début de la matinée. Par contre, avec leurs heures qui avancent et le soleil qui monte dans le ciel, les touches commencent à se faire rares...

 

Après une séance big bait intensive en utilisant nos cannes bassforce II de puissance 75/150g et 30/90g (celles que je préfère pour cette technique), il faut bien se résigner. Les poissons ne sont plus du tout actifs sur ce type de leurre et il faut commencer à affiner notre pêche. On passe donc sur des leurres bien plus petits et légers en prospectant des cassures enherbées qui étaient plutôt productives les jours précédents. Mon père enregistre une toute petite touche, un frémissement dans le super blank de la canne bassforce II 15/60g mais le poisson ne se pique pas. Quelques tours de manivelle en plus et c'est la cartouche ! Le poisson met de très gros coups de tête et se défend super bien, la canne est cintrée et ça sent le gros carnassier! Il arrive, coup d'épuisette et surprise, c'est un sandre magique qui monte au bateau. La satisfaction est d'autant plus forte qu'ils sont rares sur le plan d'eau.

 

Ravis, nous recommençons à pêcher sur cette cassure. Au moins profond de la pente, les herbiers affleurent en surface et nous tentons de lancer juste avant ces grandes tiges, pour laisser ensuite planer les leurres vers les profondeurs. Les cannes de 2m40 sont parfaites pour maintenant la tension juste comme il faut lors de la submersion des leurres avec un très faible lest, permettant de détecter la moindre touche.

C'est d'ailleurs à mon tour de prendre une belle cartouche, à la descente! Ferrage reflexe, un joli brochet arrive à l’épuisette.

 

 

Dans ces moments, il ne faut rien lâcher car bien souvent sur ce plan d'eau, nous enregistrons des pics d'activité très forts mais aussi très courts. En quelques minutes, il faut savoir profiter des ces bancs de carnassiers qui chassent sur les remontées. Pendant que je relâche mon brochet, mon père relance en travers du spot. A mi-chemin, il prend une touche incroyable et ferre très fort. "SILURE" annonce t'il immédiatement tant le combat est puissant. Et effectivement, ça combat fort! Puis tout à coup, il me crie "Oh non décroché", mais la canne reste pliée malgré tout. Il moulinet et ramène à nous un poids mort, comme s'il s'agissait d'une gros paquet d'herbes. Nous apercevons alors un beau brochet d'environ 90cm glisser en surface, agonisant éventré dans une mare de sang... Il arrive vite à l'épuisette et nous ne tardons pas à comprendre que ce que mon père pensait être un silure, était en fait un combat double! Un brochet à du prendre son leurre (celui de 90cm) pendant qu'un concurrent encore plus gros venait de croquer le premier brochet, avant de lâcher prise pendant le combat! Nous avons été tellement surpris que nous en avons oublié de photographier le pauvre brochet qui est d'ailleurs mort dans l'épuisette, complètement éventré... L'agressivité du monde aquatique nous surprendra toujours!

Bien entendu, nous avons pêché durant des heures ce spot en espérant piquer ce poisson qui devait être vraiment monstrueux vues les morsures laissée sur celui de 90cm. Sans résultat malheureusement, le premier combat avait du le calmer...

Heureusement, nous finissons la matinée de pêche avec un nouveau poisson correct pour mon père, toujours en piqué en laissant planer un leurre léger le long d'une cassure !

A bientôt pour un autre souvenir de pêche estival!

Mathieu ROMAIN