L’hiver alsacien est toujours rude. C'est donc par une journée glaciale et couverte que nous décidons, avec Damien, de faire un tour à la recherche des percidés sur le Rhin aux environs de Strasbourg.

L’objectif du jour est simple, trouver un banc de perches et s’amuser au maximum. Et si les sandres passent par là, on ne sera pas trop difficile !

 

 

Tout commence par un run glaçant pour parcourir les quelques kilomètres qui séparent la mise à l’eau du spot choisi. Nous sommes transit de froid, mais la motivation va nous permettre de tenir le choc. De toutes façons l’ambiance est bonne et quand on rigole, on peut tout affronter.

J’ai choisi, pour ce jour là, ma canne HR bassforce Elite 10/35g pour les pêches « fines » sur le fleuve. Idéale en linéaire notamment pour les perches en cranking. Mon autre canne est l’Evolution 10/42g casting, mon atout magique pour la verticale !

En fin de matinée, nous trouvons quelques bancs de poissons fourrage et la pêche peut véritablement débuter.

 

La pêche est vite trouvée et on commence à remonter du poisson correct, des petits brochets énervés et surtout, des perches sympatiques !

 

 

Des poissons entre 35 et 40 qui font toujours plaisir à cette saison !
Mais les bancs de blancs bougent beaucoup et on passe énormément de temps à se repositionner sur les postes. Pas toujours évident de pêcher convenablement dans ces conditions, la journée est divisée en 50% de navigation et 50% de pêche.

 

Comme les perches sont de plus en plus profondes, on se met à pêcher au jig en verticale et là... la sanction immédiate! Damien décroche un super poisson et immédiatement après, je prends une touche foudroyante !

 

 

Dans l’instant, mon sondeur indique un banc énorme de gros poissons à ras du fond, c’est l’euphorie : « regarde, un énorme banc de sandre, c’est ça qui nous tape les leurres ! »

 

Et boom, nouvelle touche pour moi! Je ferre de manière plus appuyée et le poisson est au bout, un combat tout en puissance, coups de tête et tout le tintouin : « Prépare l’épuisette copain, c’est un gros sandre ! »

Le poisson a du mal à décoller du fond mais il remonte enfin, et là…

 

 

Allez, j’accepte les moqueries, mon gros sandre s’est transformé en grosse brême agressive !

Aucune importance, on a passé une superbe fin de journée à se faire un festival de brêmes aux leurres, avec des doublés, des décrochages, des gros fou-rires !

Et pas de la petite brême pour enfant, des vraies grosses brêmes du Rhin, et prises par la bouche s’il vous plait !

 

 

Un bon souvenir !